Catharsis

Catharsis

 

Aristote, Poétique

[1449 b] La tragédie est donc l'imitation d'une action noble, conduite (25) jusqu'à sa fin et ayant une certaine étendue, en un langage relevé d'assaisonnements dont chaque espèce est utilisée séparément selon les parties de l'œuvre; c'est une imitation faite par des personnages en action et non par le moyen d'une narration, et qui par l'entremise de la pitié et de la crainte, accomplit la purgation des émotions de ce genre. Par «langage relevé d'assaisonnements», j'entends celui qui comporte rythme, mélodie et chant, et par «espèces utilisées séparément», (30) le fait que certaines parties ne sont exécutées qu'en mètres, d'autres en revanche à l'aide du chant.

Puisque ce sont des personnages en action qui font l'imitation, comme partie de la tragédie il y aura nécessairement tout d'abord l'organisation du spectacle; puis la composition du chant et l'expression; c'est en effet grâce à eux que l'on fait l'imitation. J'appelle «expression» l'agencement même (35) des mètres; quant à «composition du chant», le sens en est tout à fait clair.

Puisque d'autre part, il s'agit de l'imitation [1450 a] d'une action et qu'elle est accomplie par certaines personnes qui agissent, lesquelles ont nécessairement telle ou telle disposition de caractère et de pensée (c'est en effet par référence à ces dispositions que nous disons que les actions sont telles ou telles—il y a deux causes naturelles des actions: la pensée et le caractère —et c'est au cours de ces actions que tous les hommes réussissent ou échouent), l'histoire est l'imitation de l'action —j'appelle en effet «histoire» l'agencement des actes accomplis—, les caractères sont ce qui nous permet de dire que les personnages en action sont tels ou tels, et la pensée réside dans toutes les paroles qu'ils prononcent pour faire une démonstration ou énoncer une maxime.

Pour toute tragédie, il y a donc nécessairement six parties qui font qu'elle est telle ou telle; ce sont l'histoire, les caractères, l'expression, la pensée, le spectacle et le chant. On compte en (l0) effet deux parties qui fournissent les moyens de l'imitation, une seule qui en est le mode, trois qui en sont les objets, et aucune autre en dehors de celles-là; ce sont donc ces parties — ces éléments spécifiques pour ainsi dire—qu'ont utilisées bon nombre d'auteurs.

De fait, le spectacle englobe tout: caractères, histoire, expression et chant, ainsi que la pensée. Cependant, la plus importante de ces parties est l'agencement des actes accomplis, puisque la tragédie imite non des hommes, mais l'action, la vie (le bonheur et le malheur résident eux aussi dans l'action, et la fin que nous visons est une action, non une qualité; c'est en fonction de leur caractère que les hommes sont tels ou tels, mais c'est en fonction de leurs actions qu'ils sont.


Date de dernière mise à jour : 07/11/2012

Bienvenue sur le site de Chaeréphon !

Καλῶς ἦλθες ἐν τῷ ἱστοχώρῳ τοῦ Χαιρεφῶντος !

poulpe.gif

Site consacré à la Grèce antique (langue, littérature, philosophie, sciences, histoire, archéologie, épigraphie, papyrologie),

au grec byzantin et au grec moderne.

×