the Fastosh Disc

 

The Fastosh Disc

Une découverte fantastique qui remet en cause 3000 ans d'histoire occidentale !

Après 20 ans de recherches, grâce à un algorithme statistique à triple détente (contre 2 pour J.F.),

* sans préjuger du système acrophonique, indémontrable en l'espèce,

* sans avoir recours à des étymologies nostratiques, mal documentées en l'espèce,

* et acceptant la lecture centripète de A puis de B (cf. J.F.),

nous avons réussi à établir que:

1- le disque de Phaestos (ci-après the Fastosh Disc) est écrit en un système pictographique (1 signe = 1 mot);

2- la langue est du middle old english;

3- il s'agit d'une espèce d'hymne, ou de louanges de circonstances accompagnées de vœux multiples, en l'honneur des gracieuses majestés de la fière Albion, probablement lors de leur couronnement, ou de leur mariage;

4- ce poème était probablement déclamé voire chanté par deux chœurs.

[le commentaire détaillé de ces faits suivra]

Mais avant tout, œuf corse, comme aurait dit le scribe du disque, le texte, avec la grille issue de nos calculs hautement probabilistiques.

face A

02-12-13-01-18+    24-40-12    29-45-07+    29-29-34    02-12-04-40-33

27-45-07-12    27-44-08    02-12-06-18- ?    31-26-35    02-12-41-19-35

01-41-40-07    02-12-32-23-38+    39-11    02-27-25-10-23-18    28-01+

02-12-31-26+    02-12-27-27-35-37-21    33-23    02-12-31-26+

02-27-25-10-23-18    28-01+    02-12-31-26+    02-12-27-14-32-18-27

06-18-17-19    31-26-12    02-12-13-01    23-19-35+    10-03-38

02-12-27-27-35-37-21    13-01    10-03-38

face B

02-12-22-40-07    27-45-07-35    02-37-23-05+    22-25-27    33-24-20-12

16-23-18-43+    13-01-39-33    15-07-13-01-18    22-37-42-25    07-24-40-35

02-26-36-40    27-25-38-01    29-24-24-20-35    16-14-18    29-33-01

06-35-32-39-33    02-09-27-01    29-36-07-08+    29-08-13    29-45-07+

22-29-36-07-08+    27-34-23-25    07-18-35    07-45-07+    07-23-18-24

22-29-36-07-08+    09-30-39-18-07    02-06-35-23-07    29-34-23-25    45-07+

La grille de lecture est avérée par la lecture que nous donnons et par de nombreux faits extérieurs plus que probants, voire troublants.

No signe

signifié

fréquence

01

Angle

11

02

the

19

03

over

2

04

be

1

05

success

1

06

holy

4

07

glory

18

08

for

5

09

proud

2

10

Prince

4

11

life

1

12

King

17

13

of

6

14

grow

2

15

famous

1

16

do

2

17

lord

1

18

land, kingdom ?

12

19

gracious

3

20

brave

2

21

majesty

2

22

with

5

23

obtain

11

24

our

6

25

beauty, beautiful

7

26

bless

6

27

hurrah !

15

28

benefit-for

2

29

receive

11

30

country

1

31

God

5

32

win

3

33

empire, emperor

6

34

honour(s)

3

35

Queen

11

36

endless

4

37

happy, happiness

4

38

world

4

39

eternal

4

40

great

6

41

and

2

42

among

1

43

part

1

44

prosperity

1

45

more

6

X

 

1

+

(for ever !)

 

 

D'où la transcription évidente suivante:

face A


the King of Angles' Land (for ever !),

our great King

receive more glory (for ever !),

receive ! receive honours ;

the King be great emperor,
hurrah ! more glory, King,

hurrah ! prosperity for

the King holy-Land- X ;

God bless Queen,

the King and gracious Queen ;
Angles and great glory ;

the King win, obtain world (for ever !),

eternal life ;

the –hurrah !-  beautiful Prince obtain land

benefit-for Angles (for ever !)
the King God bless (for ever !),

the King - hurrah ! hurrah !-, Queen –happy majesty !-

empire obtain ;

the King God bless (for ever !),
the -hurrah !- beautiful Prince obtain land                               

benefit-for Angles (for ever) ;

the King God bless (for ever !),

the King -hurrah !- grow, win land, hurrah !
holy-Land₼s lord, gracious,

God bless King !

the King of Angles 

obtain gracious Queen (for ever !),

Princes over world ;
the King - hurrah ! hurrah !-, Queen, -happy majesties

of Angles,

Princes over world.

face B


the King with great glory

hurrah ! more glory, Queen ;

the happiness obtain success (for ever !)

with beauty, hurrah !

emperor our brave King !
do obtain land-part (for ever !)

of Angles eternal empire

famous glory of Angles' Land

with happiness  among beauty ;

glory our great Queen
the bless endless great

hurrah ! beautiful world Angles ;                              

receive our our brave Queen,

do grow land,

receive empire Angles,
holy-Queen win eternal empire,

the proud -hurrah !- Angles

receive endless glory for (for ever !)

receive for of

receive more glory (for ever !)
with receive endless glory <for> (for ever !)

hurrah ! honours, obtain beautiful

glory, Land's Queen,

glory, more glory (for ever !)

glory, obtain Land our
with receive endless glory <for> (for ever !)

proud country, eternal Land, glory,

the holy-Queen obtain glory,

receive honours, obtain beauty,

more glory (for ever).

 

Commentaire face A

the King of Angles' Land (for ever !),

1) Angles' Land : nous respectons l'orthographe de l'époque, le texte étant du middle old English, voire du proto-anglois.

21) Nous avons déjà indiqué que le signe + était une expression stéréotypée et sténographique, indiquant au chœur, sans doute au second demi-chœur, qu'il doit prononcer, voire crier, cette formule, véritable incantation.

our great King

receive more glory (for ever !),

2) noter l'emploi de l'impératif pour l'optatif, pour augmenter la fonction phatique de l'énoncé.

receive ! receive honours ;

3) il ne s'agit pas ici d'une faute du scribe (la bien connue diplographie), mais de la répétition, peut-être en canon par deux demi-choeurs, des vœux du couronnement.

the King be great emperor,

4) cf. n. 2.

hurrah ! more glory, King,

5) s'agit-il d'un vœu pour que le roi acquière plus de gloire ; d'une espèce de demande, que le Roi procure plus de gloire au royaume, ou aux vassaux ? Quoi qu'il en soit, la phrase nominale ne doit pas surprendre (J.F. l'avait déjà relevé, p.116  de son Déchiffrement),

hurrah ! prosperity for

the King holy-Land- X ;

6) le dernier signe de cette phrase est effacé sur le disque, de nombreuses restitutions sont possibles… Notons au passage la vision messianique dont s'affuble l'idéologie, victorienne avant la lettre.

God bless Queen,

7) on notera l'absence hypocoristique de l'article ; à moins d'y voir une syntaxe sexiste… (cf. infra)

the King and gracious Queen ;

8) cf. n. 7.

Angles and great glory ;

9)  nouvelle phrase nominale. Cette assertion revient à dire que la gloire est le propre des Angles.

the King win, obtain world (for ever !),

20) les puristes trouveront certainement à redire à cette dernière tournure, mais ce serait oublier l'état très ancien de la langue, et la nécessité métrique.

eternal life ;

23) malgré les apparences, il n'est pas nécessaire de voir ici une référence chrétienne.

the –hurrah !- beautiful Prince obtain land

10) on notera la précipitation du second demi-chœur à s'exclamer hurrah, avant que le premier demi-chœur ait eu le temps de dire beautiful. La liesse populaire était à son comble, ainsi que la fierté nationale.

benefit-for Angles (for ever !)

11) on reconnaît bien là le côté pragmatique des ultra-pontins…

the King God bless (for ever !),

12) on notera l'inversion syntaxique, afin de focaliser le message sur le Roi, objet du texte, preuve de la flagornerie bien connue des courtisans…

the King - hurrah ! hurrah !-, Queen –happy majesty !-

empire obtain ;

13) cf. n. 12.

the King God bless (for ever !),

14) cf. n. 12.

the -hurrah !- beautiful Prince obtain land

15) cf. n. 10.

benefit-for Angles (for ever) ;

16) cf. n. 11.

the King God bless (for ever !),

17) cf. n. 12.

the King -hurrah !- grow, win land, hurrah !

holy-Land's lord, gracious,

God bless King !

the King of Angles

obtain gracious Queen (for ever !),

18) c'est cette phrase qui nous a permis d'établir que ce texte avait été prononcé lors du mariage des souverains.

Princes over world ;

19) Nous ne relèverons pas la présomption d'une telle affirmation…

22) Prince doit être pris ici au sens métaphorique et non au sens technique, le mariage ne pouvant avoir été consommé, étiquette oblige…

the King - hurrah ! hurrah !-, Queen, -happy majesties

of Angles,

Princes over world.

Commentaire général

- on notera aux ll. 17 et 31 la même formule « the King - hurrah ! hurrah !-, Queen, -happy majesties », ce qui semble indiquer une structure strophique de cette première partie, magnifiquement équilibrée.

- la titulature royale semble déjà très codifiée, ce qui indique que la royauté était bien implantée dans la région depuis des générations, voire des siècles. Relevons la permanence, jusqu'à nos jours, des épithètes réservées à la reine… Preuve que notre interprétation est correcte !

- on notera qu'alors qu'il ne s'agit pour l'instant que d'un roi, l'idéologie du régime vise déjà à l'empire universel. Ce texte est donc des plus fondamentaux pour comprendre toute l'histoire britannique des siècles qui suivront. Nouvelle preuve en faveur de notre Théorie !

- on ne peut demeurer insensible à la beauté de cette poésie chorale. En effet il faut imaginer que le chant principal était ponctué d'interventions plus énergiques du second demi-chœur qui s'exclamait à intervalles réguliers Hurrah ! ou For ever ! Saluons l'art du compositeur qui réussit en si peu de mots à nous faire sentir à la fois la liesse populaire spontanée et le caractère martial de l'énonciation, sans parler de l'aspect sacral, voire messianique de l'énoncé.

Commentaire détaillé de la face B

the King with great glory

hurrah ! more glory, Queen ;

the happiness obtain success (for ever !)

1) on notera l'emploi possessif de l'article défini: the happiness pour her happiness. Une tournure équivalente est attestée en grec ancien et en nostratique !

with beauty, -hurrah !-

emperor our brave King !

do obtain land-part (for ever !)

2) à noter le renforcement de cet impératif, qui est resté en anglais moderne, preuve que notre Théorie est correcte.

of Angles eternal empire

famous glory of Angles' Land

3) Relevons le chiasme syntaxique des deux vers précédents

with happiness  among beauty ;

glory our great Queen

the bless endless great

-hurrah !- beautiful world Angles ;

4) nous relevons ici la construction parataxique de world Angles, propre à toutes les langues proto-X.

receive our <our> brave Queen,

5) On relèvera la diplographie. J.F. lui-même avait remarqué que le scribe avait commis quelques fautes du genre. Les meilleurs mss des auteurs les plus classiques n'en sont pas exempts non plus…

do grow land,

6) cf. n. 2

receive empire, Angles,

7) première attestation écrite du vocatif dans cette langue

holy-Queen win eternal empire,

the proud -hurrah !- Angles

receive endless glory <for> (for ever !)

8) cf. n. 5

receive for of

receive more glory (for ever !)

with receive endless glory <for> (for ever !)

9) cf. supra

hurrah ! honours, obtain beautiful

glory, Land's Queen,

glory, more glory (for ever !)

glory, obtain Land our

with receive endless glory <for> (for ever !)

proud country, eternal Land, glory,

the holy-Queen obtain glory,

receive honours, obtain beauty,

more glory (for ever !).

Commentaire général

À remarquer l'importance grandissante de la Reine dans cette partie, alors que la face A semblait davantage consacrée au Roi. Faut-il y voir un simple procédé littéraire, au nom de l'équilibre des parties ? Cette explication nous semble trop simple pour être la bonne. Nous pensons que nous avons ici l'amorce d'une véritable révolution mentale, constitutionnelle et juridique, qui assure plus de place à la femme dans la gouvernance des affaires du royaume, révolution qui aboutira aux règnes d'Elizabeth I+II et de Victoria.

Relevons le crescendo dans les éloges ou vœux prononcés pour la reine. L'auteur de ce texte était vraiment fortish, comme disaient ses contemporains.

Notre méthode, rappelons-le, était au départ purement mathématique (v. supra).

Or après notre déchiffrement, quelle ne fut pas notre surprise de constater que le système pictographique ou idéographique que nous avions retenu était bien des plus COHÉRENTS, offrant un rapport étroit entre le signe et le concept représenté.

En effet – pour voir la table des signes, cliquer ici

signe & description conventionnelle

signifié

justification, commentaire

01 jeune homme marchant, ou courant

Angle

raccourci expressif pour l'Anglois entreprenant

02 tête à plumes

the

 

03 tête d'homme portent un tatouage ou une boucle d'oreille

over

 

04 prisonnier

be

to be or not to be a prisoner, it is the question...

05 enfant

success

car les enfants sont le couronnement de la vie familiale

06 femme

holy

le rapport n'est pas évident, mais il convient de noter les deux occurrences « holy queen », ce qui est COHÉRENT

07 sein de femme / bonnet

glory

!!!

08 poing / gant

for

pê jeu de mot avec four fingers

09 tiare

proud

le rapport sémantique est des plus obvies !!!

10 flèche / épi de blé

Prince

« Il s'agit en réalité » (J.F. Déchiffrement, p. 81) d'un morgenstern ou masse d'arme, ou d'un sceptre !!! D'où le rapport évident avec « prince ».

11 arc formé de deux cornes

life

le rapport de “arc” à “vie” est évident, comme le prouve la linguistique indo-européenne: en grec ancien, seul l'accent distingue βίος la vie de βιός l'arc

12 bouclier rond à 7 clous

King

Sans doute une réminiscence du pavois sur lequel était hissé le guerrier que l'on voulait proclamer roi !!!

13 massue / arbre

of

 

14 montagne / poids / joug

grow

 

15 hache-pic

famous

 

16 couteau à lame courbe

do

 

17 bouclier de profil / cachet  / couvercle

lord

nous adoptons la deuxième identification, le rapport du sceau-cachet avec lord étant obvie.

18 équerre

land, kingdom ?

Équerre servant évidemment à mesurer la terre (land) des … Angles !!!

19 branche fourchue / charrue primitive

gracious

« Mais la valeur » pictographique « incite à voir dans le dessin du signe » (J.F. op. cit. p. 83, à propos du même signe d'ailleurs)

20 vase muni d'une anse

brave

 

21 peigne de rouet

majesty

Il s'agit en fait d'une double bannière avec gonfanon que l'on portait partout où allait sa Majesté

22 double flûte

with

with indique bien ce caractère duel, car si l'on est avec, on est au moins deux…

23 colonne / pilier

obtain

 

24 maison / ruche

our

car "nous" désigne la maisonnée, active comme une ruche

25 bateau

beauty, beautiful

car pour des marins, c'est ce qu'il y a de plus beau

26 corne

bless

sacrale, œuf corse

27 peau étendue

hurrah !

cette peau servait à lancer en l'air la personne acclamée (sens de plus cohérent)

28 patte de bovidé

benefit-for

allusion évidente à la troisième fonction indo-européenne (bœuf économie) !!!

29 tête de félin

receive

 

30 tête de bélier

country

le mouton étant l'animal par excellence des campagnes insulaires…

31 aigle

God

l'aigle est l'animal de Zeus, le premier des dieux

32 oiseau de type colombin ou gallinacé

win

gallinacé et « gain » : prémisses de la poule aux œufs d'or ?

33 poisson

empire, emperor

Symbolise l'empire des mers auquel aspirent les futurs britanniques

34 abeille (mouche J.F.)

honour(s)

cf. les armoiries de Napoléon, autre empereur à prétention universelle. Symbole éternel !!!

35 rameau à 5 feuilles

Queen

 

36 tronc avec deux branches

endless

 

37 plante à ombelle

happy, happiness

 

38 rosette (marguerite, fleur astéroïde à 8 pétales J.F.)

world

Rapport évident : il s'agit soit du symbole de l'orbis, soit de la  rose des vents

39 crocus, lotus, lys

eternal

lotus symbole de béatitude éternelle, c'est bien connu

40 lyre, vase, scrotum

great

la lyre servant à chanter the great men

41 osselet

and

« L'identification osselet est majoritaire, mais la valeur » (J.F. op. cit. p. 102, à propos de ce même signe) sémantique « amène à chercher dans une autre direction. Nous avons proposé de voir dans le dessin du signe celui » (id. ibid.) d'un trombone servant à lier des feuilles de papier, ce qui correspond tout à fait au signifié. Par ailleurs le dessin est tout à fait celui d'un trombone (voir tableau pointé par le lien).

42 scie, grattoir (J.F. peigne)

among

 

43 « on a proposé pour l'objet représenté diverses interprétations dont aucune ne s'impose » (J.F. op. cit. p. 103)

part

La valeur idéographique impose l'identification de ce signe comme une « tranche » (de gâteau e.g., ou mieux de plum pudding ; on distingue d'ailleurs parfaitement les raisins de Corinthe sur le dessin - voir tableau pointé par le lien).

44 « diverses interprétations plus ou moins fantaisistes » (J.F. op. cit. p. 104)

prosperity

 

45 symbole de l'eau

more

jeu de mot sans doute entre « more » et eau de « mer » (mor en breton, lequel breton était parlé dans l'île avant l'arrivée des Proto-anglois)

 

On voit ainsi que notre interprétation est non seulement COHÉRENTE, mais permet d'expliquer la majorité des faits. Évidemment certaines interprétations restent difficiles : il est difficile par exemple d'identifier avec certitude les végétaux illustrés (cette difficulté n'avait pas échappé à J.F.).

Soulignons encore une fois que cette identification du caractère idéographique des signes ne s'est faite qu'après notre étude statistique. La cohérence des deux méthodes est une PREUVE de l'exactitude VÉRIDIQUE de la Théorie. Seuls les IGNARROGANTS de tout poil peuvent tenter de la mettre en doute.

Commentaire archéologique et historique – Preuves externes - Conséquences

Bien que trouvé en Crète, ce disque n'est pas crétois, comme J.F. l'avait pressenti. Son argile n'est pas crétoise, mais provient des rives du fleuve qui traverse le Middlesex. Le refus réitéré des autorités archéologiques helléniques se comprend dès lors très bien, et ne peut que renforcer la validité de notre analyse.

On comprend aussi très bien pourquoi Evans, quand bien même il était en rivalité avec Pernier le découvreur du disque, a consacré à l'objet pas moins de 22 pages dans ses Scripta Minoa I (272-293). Le grand savant avait sans doute pressenti la valeur historique de ce texte. Tout cela confirme notre Théorie proto-angloyse.

Les Proto-angloys étaient de « hardis navigateurs originaires des plaines danubiennes » (J.F. op. cit., p. ), guidés par une boussole ou rose des vents, comme le prouve le signe 38.

Leur bouclier rond (cf. signe 12), ancêtre de celui des Vikings ou Normands – bien connus outre-channel — confirme la rotondité du disque et de la Table ronde. TOUT EST COHÉRENT.

Il est connu par ailleurs que l'Angleterre actuelle a une reine, dite gracious, donc notre lecture est des plus cohérentes, puisque récursive.

La récursivité étant d'ailleurs le propre d'un disque…

TOUT SE TIENT !!!

Aux IGNARROGANTS qui prétendent que ce texte est indéchiffrable, car trop court, nous renvoyons à la loi de Shannon et au texte fondamental de Parakymias qui prouvent non seulement que le texte est déchiffrable, mais qu'il a été déchiffré, et que ce déchiffrement est VRAI, puisqu'existant !!! et même publié sur l'Internet…

Quant à ceux qui prétendent que le disque est un faux, il ne faut pas croire les propos d'un gâteux comme Paul Faure, trop bien installé dans l'establishment universitaire pour être crédible.

Et ce n'est pas parce que Pernier dormait au moment de la découverte et que le contremaître crétois lui a présenté un panier provenant de la même couche avec des tessons minoens, archaïques et hellénistiques pêle-mêle qu'il faut remettre en question la datation du disque !!!

Quant à l'absence d'un autre texte du même genre, elle n'est imputable qu'à l'IGNARROGANCE des archéologues qui s'entêtent à chercher en Crète, alors que la solution se trouve dans le pays des Angles, porte du fond, troisième cercle à gauche… et non le contraire, car les cercles n'ont pas d'angle !!!

Quant à l'impertinent Chaeréphon qui soutient, en suivant servilement Bailly, LSJ et Gaffiot, que margarita ne signifie pas "marguerite", il ne mérite que le mépris des membres de la Société de linguistique de Paris, copains de J.F.

Les retombées de cette DÉCOUVERTE sont immenses.

Les « hardis navigateurs » proto-angloys sillonnaient la Méditerranée … et les autres mers. Ce sont eux qui ont introduit l'obélisque en Égypte, comme le prouvent les originaux retrouvés outre-channel, et le tatouage en Polynésie (cf. signe 03).

De même dans leur langue, « mauvais » se dit /bad/, comme en persan. La DÉCOUVERTE de la VÉRITÉ proto-angloyse jette ainsi une lumière nouvelle sur la grammaire historique des langues indo-européennes, et apporte une légitimation posthume aux hypothèses kretschmoliennes.

Mais la PREUVE ultime que notre THÉORIE PROTO-ANGLOYSE est VRAIE, c'est qu'elle n'est reconnue par personne, car toutes les vérités scientifiques ont d'abord été rejetées par l'establishment. Le silence des autorités sur l'anniversaire de cette découverte fondamentale (100 ans le 3 juillet 2008) en est une preuve supplémentaire.

P.S. 1 : "Mais il est difficile d'en dire davantage, comme on ne connaît pas les  caractéristiques de la langue Proto-IE au sens kretschmérien" (dixit grapheus in <1187514643.186167.112640@w3g2000hsg.googlegroups.com>).

P.S. 2 : "Ce n'est pas parce que l'on cite P. Kretschmer dans un article que cet article respecte les idées de ce génie disparu !... " dixit grapheus in news:1191314830.579369.171770@g4g2000hsf.googlegroups.com

© IAP (olim OuArchPo) – bureau d'Athènes, διὰ χειρὸς Néandre Beaucharre.

APPENDICE

Pour compléter cette étude, il convient de faire un sort aux autres déchiffrements farfelus auxquels le disque a donné lieu. Il convient en effet de ne pas oublier le papier qui a été diffusé lors de la dernière (31 oct.-1 nov. 2008) Conférence de Londres sur le Disque : Je cite :

"(S'étonner du grand nombre de "déchiffrements" du disque de Phaistos) is meaningless because all mathematicians know, that according to Claude Shannon's work, the text's length of the Disk (241 signs) is too close to the "Unicity Distance", as defined by this mathematician (c. 225 signs in the most reasonable hypothesis) for a flood of different "solutions" to be avoided. Because even minor liberties with respect to grammar or phonetics, taken by the would-be decipherer, allow to reach a more or less plausible solution."

Nous remercions grapheus, porte-parole officieux de J.F., et polyglotte, de nous en avoir fourni la traduction : "Les mathématiciens savent tous que, d'après les travaux de Claude Shannon, le fait que la longueur du texte du Disque (de Phaistos) (soit 241 signes) soit trop proche de l'"Unicity Distance" telle qu'elle a été définie par ce mathématicien (225 signes dans l'hypothèse la plus raisonnable), rend inévitable l'apparition d'une multitude de pseudo-solutions différentes. Car dès que le déchiffreur prend quelques libertés, même faibles, avec la grammaire ou la phonétique, cela lui permet d'aboutir à une "solution" plus ou moins plausible."

Ainsi, quand J.F. traduit margaritês par "marguerite" au mépris de tous les dictionnaires, quand  le nom propre Arion est transcrit de 3 manières différentes, quand les mouches deviennent des abeilles, quand la morphologie verbale est massacrée, etc. etc, il prend pas mal de libertés, ce qui lui permet d'aboutir à une "solution" plus ou moins plausible. Par là même est démontrée l'erreur de J.F. et de son hypothèse *proto-ionienne.

Et donc la vérité de notre solution !  CQFD


 
| suite |

Date de dernière mise à jour : 14/01/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Bienvenue sur le site de Chaeréphon !

Καλῶς ἦλθες ἐν τῷ ἱστοχώρῳ τοῦ Χαιρεφῶντος !

poulpe.gif

Site consacré à la Grèce antique (langue, littérature, philosophie, sciences, histoire, archéologie, épigraphie, papyrologie),

au grec byzantin et au grec moderne.

×